ACTUALITÉS

Région bruxelloise
Des trafiquants qui louent un bien pour y cultiver du cannabis ? Auderghem veut sensibiliser les propriétaires
cannabis
Le jeudi 19 décembre 2019

Dans les pages de la Dernière Heure de ce jeudi 19 décembre, nous apprenions que la zone Marlow est particulièrement touchée par le phénomène des plantations de cannabis dans les maisons. Un fait qui semble prendre de plus en plus d’ampleur à Bruxelles et qui fait réagir Didier Gosuin, bourgmestre d’Auderghem et Matthieu Pillois, conseiller communal de la commune. 

Modu openrandi

Le modus operandi expliqué par le quotidien est simple : « Des trafiquants repèrent un bien à louer. Le plus souvent une maison unifamiliale pour éviter d’être dérangé par des voisins de palier un peu trop curieux. Ils proposent alors à leur propriétaire de payer directement les trois mois de garantie locative en espèces, sans passer par une banque. Une fois locataires de la maison, ils détruisent les murs, modifient les installations électriques et cloisonnent les fenêtres. Le but ? Créer le meilleur environnement possible pour leur plantation de cannabis. C’est-à-dire un milieu chaud, humide et avec beaucoup de lumière. Alors qu’ils ne se doutaient de rien, les propriétaires se retrouvent, une fois le trafic démantelé, devant leur bien complètement détruit et insalubre. Ils doivent alors entièrement rénover à leurs frais. Avec, en plus, une taxe d’insalubrité imposée par la commune. »

Sensibilisation et partenariat

Selon les autorités, la zone Marlow (Auderghem, Watermael-Boitsfort et Uccle) est particulièrement touchée. Au total, 16 plantations de minimum 450 plants ont été démantelées en 2019, soit un total de 8.800 plants. Le plus gros cas concerne 945 plants dans une même maison. « Il y a dans cette zone beaucoup de maisons unifamiliales et des propriétaires plus âgés qui ne peuvent pas toujours tout vérifier », explique le bourgmestre Didier Gosuin. Pour répondre à cette problématique, Matthieu Pillois posera une question orale au prochain conseil communal. « Je souhaite lancer une campagne de sensibilisation pour avertir les nombreux propriétaires. Il y a un certain nombre de signaux. Parmi ceux-ci, les loyers payés par une personne qui n’occupe pas souvent le bien, les fenêtres occultées et de gros travaux réalisés par les occupants. Ils font également tout pour éviter une visite des propriétaires. Il y a aussi les nombres importants d’allers-retours, les odeurs, etc. » Matthieu Pillois demandera aussi à la commune dans quelle mesure un partenariat avec Sibelga pourrait être envisageable afin d’être averti par la police en cas de consommations d’énergie anormalement élevées.

Dans la même rubrique
DéFI va investir pour vous défendre, vous rassembler et fédérer le plus possible
Fête nationale DéFI va investir pour vous défendre, vous rassembler et fédérer le plus possible
Nicole Bomele : « Regardons notre Histoire droit dans les yeux »
décolonisation Nicole Bomele : "Regardons notre Histoire droit dans les yeux"
Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Sécurité routière Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
Région bruxelloise Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
60 millions pour soutenir les communes bruxelloises face au boom démographique
Région bruxelloise 60 millions pour soutenir les communes face au boom démographique
En Belgique, 165 animaux de compagnie sont abandonnés chaque jour
Journée mondiale contre l'abandon des animaux de compagnie En Belgique, 165 animaux de compagnie sont abandonnés chaque jour